Welcome to HéliCharentes

 

Entrez avec nous dans la troisième dimension

Hello, Nous nous présentons : Moi je suis Zéphir et moi, je suis Foehn. Nous sommes les avatars du site. 
Nous sommes absolument ravis de vous accueillir et serons très heureux de vous accompagner dans vos projets.

Vous souhaitez vous renseigner sur nos activités ? Vous avez envie de nous rejoindre ?
Dans notre club, vous êtes chez vous.

 

Voici Foehn (l'avion) et Zéphir (l’hélico)

Notre association

heli-personnage-b

Nous sommes une jeune association dédiée à la promotion des activités aéronautiques au travers de l’apprentissage au pilotage hélico et avion.

Nous proposons notre activité hélico depuis janvier 2020 et notre activité avion depuis juillet de cette même année.
Nous sommes un organisme de formation DTO, c’est-à-dire que nous pouvons former des pilotes à titre privé.
Nous comptons une flotte de trois machines, deux hélicoptères ( un Agusta Bell 206, un Hugues 300 ) et un avion (un Cessna 150).

Votre binôme

avion-personnage-b

Pour un vol d’instruction, d’initiation ou de découverte, vous serez en double-commandes avec François pour l’hélico,  ou avec Manu pour l’avion. Il faut une solide formation pour devenir instructeur et un nombre important d’heures de vol. Vous êtes entre de bonnes mains. Ils vous accompagneront avant le vol (briefing), pendant et après (debriefing) et sauront se rendre disponibles pour vous aider dans l’apprentissage pratique comme théorique. 

 

 

Merci Léonard

 

Savez-vous que le principe de la voilure tournante a été imaginée au 16è siècle par Léonard de Vinci ? La tête que devaient faire ses contemporains !

Mais, vous le savez, ça a mis quelques siècles de plus pour qu’on se lance à la découverte de la 3è dimension dans des machines dans lesquelles, on ne serait pas montés pour un empire. Heureusement, ça s’est perfectionné.

On a les deux plus merveilleuses machines à vous faire découvrir : l’hélico et l’avion. Vous avez une idée de ce que vous aimeriez faire ? Foehn, bien sûr, pense que vous venez pour l’avion et moi que vous venez pour l’hélico. Voler sur un avion ou sur un hélico ? Vous hésitez peut-être ?Que peut on vous en dire ? Avec Foehn, on a réfléchi à tout ce qui se dit sur le sujet, à ce qui est exact et à ce qui ne l’est pas.

 

 

On vous livre nos réflexions

heli-personnage-b

Le pilotage d’un hélicoptère serait plus complexe ou autrement dit, le pilotage d’un avion serait plus simple.

C’est vrai. Le pilotage d’un avion est plus simple pour une raison essentielle : la stabilité de la machine en vol. L’avion, une fois en l’air est stable et vous pouvez lâcher les commandes sans souci. Ne faites pas l’essai ‘pour voir’ sur l’hélicoptère. En tous cas, on ne vous le recommande pas car l’hélicoptère est une machine par nature instable. Du fait de sa nature instable, l’hélicoptère nécessite un ‘toucher’ des commandes très particulier. Les gestes doivent être très doux et très mesurés (on dit que l’amplitude des mouvements du cyclique ne doit pas dépasser la taille d’une pièce de 2 euros !). Faire de toutes petites corrections. Sentir plutôt qu’agir. Les plus chanceux le font spontanément. Les autres l’apprennent.

Pour piloter un hélicoptère, commencer par l’avion est un préalable nécessaire

Il y a de vraies différences dans le pilotage, voire des antagonismes, et être habitué à un appareil stable en vol constitue une situation déstabilisante lors des premiers vols. Mais, le vrai plus à commencer par le pilotage d’un avion, c’est de connaître déjà tout ce qui est commun avec l’hélicoptère : les règles de l’air, les facteurs humains, la météorologie, la communication. Vous savez aussi déjà préparer une navigation, vous repérer en l’air, prendre une assiette et la conserver (cela détermine votre vitesse). Vous savez tout du tour de piste pour les opérations de décollage et d’atterrissage.

Foehn le sait. L’hélico est incomparable. Suffisamment pour qu’on commence en direct si on ne lève pas le nez quand un avion passe au-dessus de chez vous mais qu’on se précipite à la fenêtre si c’est un hélicoptère. Autrement dit, il n’y a pas de règle. Faites ce qui vous fait le plus envie !

Même si on se prend pour un avion quand on décolle et qu’on atterrit sur un aéroport, on peut décoller et atterrir à la verticale, faire du sur-place (on dit vol stationnaire), et même reculer. Et puis, on a le monde à ses pieds. Mais il y a des mordus des deux côtés !

Ce que l’on peut vous promettre, Foehn et moi, c’est qu’une fois que vous aurez goûté à la 3è dimension, vous ne penserez qu’à y retourner. 

 

 

Piloter on vous dit tout

avion-personnage-b

Il faut passer la licence de pilote privé pour pouvoir voler en avion ou en hélicoptère

Eh bien non. On peut tout à fait apprendre à piloter et ne pas vouloir passer la licence. Dans ces cas- là, on pilote en double commande avec l’instructeur présent. On peut aussi ne pas pouvoir passer la licence si on n’est pas apte médicalement. Si vous voulez apprendre à piloter, notre conseil est de commencer la pratique et de vérifier votre aptitude médicale. Il faudra vous rendre chez un médecin agréé par l’aviation civile. Vous trouverez leurs références sur internet et nous, nous pouvons vous conseiller un médecin.

Pour exercer les privilèges de la licence et être commandant de bord (voir notre encadré), vous devrez être déclaré(e) apte. Si vous êtes déclaré(e) inapte, vous pourrez piloter en double commande. Par contre, vous ne pourrez pas passer la licence. Les vols solo vous seront interdits.

 

Piloter serait réservé aux forts en maths, a fortiori pour l’hélico. 
On ne vous le cachera pas. Une formation scientifique, ça aide. En même temps, si seules les personnes ayant une formation scientifique pouvaient piloter, ça se saurait ! Les maths rapportés à l’hélico ou à l’avion, entre les angles, le sinus et le cosinus ou tenir en main un rapporteur pour calculer une route vous apparaîtront sûrement sous un jour nouveau. Peut-être, même, vous découvrirez-vous une vocation !

 

Pour piloter, il faut parler anglais couramment
En principe, il faut connaître la langue du manuel de vol de la machine sur laquelle vous volez. L’anglais, c’est la langue passe-partout et toujours bien pratique en voyage. Mais si vous ne sortez pas du territoire français, l’anglais n’est pas indispensable.

 

De 7 à 77 ans peut être, mais, c’est surtout une activité pour les jeunes
Si vous pensez ‘mémoire’effectivement, plus on est jeune, meilleure sont les capacités de mémorisation. Ça aidera pour les QCM des épreuves théoriques qui sont chronométrés et pour le pilotage où il y a aussi beaucoup de choses à apprendre. Mais la bonne nouvelle, c’est que la mémoire est un muscle et que plus vous la faites travailler, plus vous l’entretenez. Donc avec le pilotage, on vous le garantit, vous prolongez vos capacités de mémoire de plusieurs années. Vous allez aussi beaucoup apprendre, notamment sur l’hélicoptère, en termes de coordination de mouvements et ça va développer vos facultés. Donc, votre âge importe peu. Tout tient dans votre motivation. Et si vous êtes curieux(se) d’esprit, vous verrez, vous allez apprendre sans vous en rendre compte. Entre les 3 Nords (véridique) ou les 4 façons d’exprimer une heure, entre lecture de METAR ou de TAF longs ou courts ou repérage des nuages, entre Juliette et Roméo (et non pas Roméo et Juliette), entre badin et tachimètre… tout est passionnant.

 

Les prix ne sont pas les mêmes entre l’hélicoptère et l’avion

C’est exact. Pour mettre les choses en perspective, sur le Hugues 300 (moteur à piston), l’heure de vol d’instruction est d’environ 400 € soit deux fois plus cher que pour une heure de vol d’instruction en avion. Mais tout est relatif : c’est deux fois moins cher que l’heure de vol sur le Bell 206 dont le moteur est une turbine. Sur un hélicoptère, le coût de l’heure de vol dépend de la puissance du moteur. En vol d’instruction, le vol est facturé sur la durée exacte calculée depuis la mise en route du moteur jusqu’à l’arrêt du moteur.

 

Il y a plus de pilotes hommes que de pilotes femmes et plus de pilotes d’avion que de pilotes d’hélicoptère

C’est tout à fait vrai. L’avion est d’une pratique plus courante. Et il y a bien plus de clubs qui proposent cette activité. Prenons notre exemple. Pour un club proposant le pilotage d’un hélicoptère, à quelques milles nautiques, il y a plus d’une demi-douzaine de clubs proposant le pilotage d’un avion.

C’est déjà un frein que de trouver un club d’hélico pas trop éloigné de son domicile. Un autre frein est peut-être le regard que l’on porte sur l’hélico. L’hélicoptère n’est pas un appareil de tourisme mais de travail, genre, pour se poser dans des endroits inaccessibles ou procéder à des sauvetages. En faire une activité de loisir est moins évident que pour l’avion. Mais ne vous trompez pas, le pilotage, s’il attire plus d’hommes, attire aussi bien des femmes. Nous avons une aspirante pilote hélico parmi nos adhérents et nous l’avons questionnée sur ce sujet. Elle nous a dit qu’elle attendait beaucoup du simulateur de vol (voir encadré) pour donner des idées aux dames.

 

L’apprentissage est long et durerait plusieurs années

C’est vraiFoehn nous dira pour l’avion mais pour l’hélico, on ne peut pas le faire en un an. Il y a des interruptions de la machine. Les jours où la météo ne s’y prête pas. Les indisponibilités de l’élève ou celles de l’instructeur. Vous devez distinguer le nombre d’heures de vol requis par la réglementation du nombre d’heures de vol qu’il vous faudra.  La durée réglementaire est de 45 h dont 10 h en pilotage solo. C’est la même durée que l’on pilote un avion ou un hélico.

Foehn, tu dirais combien d’heures en moyenne ?
Pour l’hélico, la durée moyenne de la formation tourne autour de 60 h voire davantage selon vos capacités d’apprentissage. Vous devrez conforter votre aptitude au pilotage jusqu’à ce que vous soyez considéré(e) comme pouvant voler en solo et vous pourrez vous présenter à l’examen pour la licence quand vous serez déclaré(e) fin prêt(e). Une fois passé les épreuves théoriques, vous aurez 24 mois pour vous présenter à l’épreuve pratique. Les épreuves théoriques portent sur la partie commune avec l’avion et sur la partie spécifique soit à l’avion soit à l’hélicoptère. Si vous détenez déjà la licence de pilote d’avion, vous n’aurez que la partie, spécifique à passer.


Vous pouvez commencer en 
parallèle à travailler la théorie et la pratique mais notre conseil, c’est de commencer la pratique et, pour vous faire une idée de l’étendue et de la complexité de la théorie, de potasser les deux tomes du manuel du pilote avion ou hélicoptère édités par l’Institut Mermoz.

Vous pourrez déterminer ainsi si vous voulez vous engager de suite dans l’obtention de la licence de pilote privé ou non sachant que c’est vous qui décidez et qu’on s’adaptera à votre choix. Vous pourrez toujours changer d’avis en cours de route. Seule l’aptitude médicale décidera du choix final.

Etre commandant de bord ou les privilèges de la licence de pilote privé d’hélicoptère

Les privilèges de titulaire de la licence de pilote privé d’hélicoptère (PPLH) permettent d’agir sans rémunération comme PIC, c’est-à-dire comme commandant de bord sur des hélicoptères utilisés en exploitation non commerciale, pour emmener des passagers de façon non rémunérée ou piloter en toute autonomie. La licence obtenue c’est à vie pour autant que vous conserviez votre aptitude médicale. Cependant, être pilote certifié ne vous permet pas de piloter n’importe quel hélicoptère. Vous devrez obtenir une qualification sur le ou les appareils sur lesquels vous piloterez, y compris celui sur lequel vous avez appris et obtenu votre licence. Et bien sûr, vous devrez continuer à être apte médicalement.

Nos machines

heli-personnage-b

Foehn et moi allons regarder les paras. On vous laisse avec le Hugues 300, le Bell 206 et le Cessna qui souhaitent se présenter à vous.

 

 

Je me présente. Je suis un Hugues 300. Ça sonne mieux que 269 C, ce qui est pourtant mon numéro de série exact. Rapporté aux autres hélicos du hangar, je peux vous paraître petit. Je fais hélico de poche. Mais vous verrez que je suis fait pour vous et qu’apprendre à me piloter constituera une expérience unique.

 

Moi je suis un Agusta Bell 206. Le Hugues me dit souvent qu’il envie mon fuselage élégant
et racé. Et pour le taquiner, je l’appelle ‘ma grosse libellule’. Je vous emmènerai bien volontiers pour un vol d’initiation ou un baptême de l’air seul(e) ou en famille. Mais, je ne suis pas fait pour vous apprendre à piloter. J’embarque trop d’automatismes. Ça paraît mieux en théorie, mais en pratique, je vous le garantis, ça ne l’est pas. Pour des occasions qui vous tiennent à cœur, j’offre mes services en location, avec pilote, ou sans. Bien sûr, le pilote devra avoir sa licence.

Vous ne pouvez pas savoir ce que les 3 mousquetaires peuvent papoter ! Je les entends toute la nuit et j’apprécie de dormir sous ma bulle. Le Bell, c’est Aramis, le R44, c’est Athos, le Hugues 500, c’est Porthos et bien sûr, le Hugues 300, c’est d’Artagnan ! Ils ont le sens de l’humour. Quand je les appelle ainsi, ça les fait rigoler. Je ne remonte pas au 16è siècle, mais au siècle dernier tout de même. Précisément, en 1911, j’ai été inventé par Clyde Cessna, un fermier du Kansas et j’étais en bois. J’ai bien changé. Je suis fier d’être l’avion de tourisme le plus répandu dans le monde. En tant que Cessna, je me trouve très bien. Je fais rétro. Vintage comme on dit aujourd’hui. Tout de vert vêtu. Je vole plus haut et plus vite que le Hugues 300. Mais c’est normal. Je suis un avion !

Simulateur de vol

heli-personnage-b

Pour un avant- goût du pilotage : notre simulateur de vol

C’est notre grand projet 2021 maintenant que, comme vous pouvez le constater, nous avons notre site internet. Pour reprendre le surnom donné par le Cessna, c’est Aramis qui sera la machine simulée ou du moins, son avatar. Certes, il vous a dit qu’il n’était pas une machine dédiée à la formation et il n’a pas changé d’avis. Mais, un simulateur avec le Hugues 300 serait trop complexe à réaliser.

Un simulateur, c’est fait pour s’entraîner, simuler des pannes par exemple pour éviter aux élèves en formation de s’entraîner en réel. Cependant, il ne s’agira pas d’un entraîneur synthétique de vol. Autrement dit, on ne pourra pas valider des heures de formation.

Nous sommes très impatients de vous proposer des vols sur simulateur. Nous voyons dans le simulateur des vertus pédagogiques et ludiques. 
Apprendre en s’amusant ! Nous prévoyons de proposer des séances encadrées par des élèves (apprendre à apprendre est également formateur), pour les accompagnants pendant la durée des vols d’initiation. Pour les enfants et les parents. Cela donnera peut-être des idées aux dames ?


On a encore plein de choses à vous dire mais c’est bientôt l’heure du débriefing.

Pour être complets, vous trouverez dans nos pages suivantes un rappel de nos prestations et des tarifs associés et de nos modalités de contact.

Nous espérons vous avoir été utiles et attendons de faire bientôt votre connaissance.

Bye, bye